logo-corsematin

article 10 mai 4x4 Corse matin

 

 

Certes ils n’étaient pas dépaysés. Car le 4x4 c’est tout simplement leur outil de travail. Pour ces professionnels –qu’ils soient associatifs ou au sein d’une entreprise- les pistes en terre sont bien souvent leur lot quotidien. Et pour les aider à appréhender leur métier avec plus de sérénité et de sécurité, la fédération française de 4x4 a organisé, mardi, au col de Battaglia, une journée de formation.

Une première en Corse

Qu’il s’agisse de Bianconi scuperta/Natura Corsa, Corsica Jeeper ou Corse loisirs, touts ont en commun la pratique du 4x4, souvent dans des lieux éloignés. Et qui nécessite l’apprentissage de quelques techniques de conduite. « Nous sommes au quotidien sur ces pistes pour faire découvrir à nos clients l’histoire de notre ile, souligne Olivier Bianconi. Cette formation est donc bénéfique pour nous ». D’autant qu’à l’issue de celle-ci, les stagiaires repartiront avec un diplôme de pilote en poche. « La matinée est consacrée à une épreuve théorique avec des diaporamas et un petit examen sous forme de QCM, explique Jean-Michel Hubert, guide accompagnateur et formateur. L’après-midi est consacré à la pratique, avec des franchissements et des passages de sécurité. L’objectif est que chacun reparte avec le diplôme de type Bf1 ; Mais aussi de rentrer dans un cycle de formation de deux ans pour obtenir  celui de guide accompagnateur, le BF2. »

Habituellement, cette journée de stage s’effectue sur le Continent. Mais le comité de Haute-Corse de la fédération française de 4x4 en a décidé autrement. Et a tenu particulièrement que cette journée se fasse en Corse. Afin de mieux « sensibiliser les professionnels insulaires ».

Pour autant si cette courte formation devient de plus en plus indispensable, « elle doit par ailleurs aboutir à une création d’une charte », évoque Jean-Michel Hubert. Car les professionnels sont bien conscients du danger pour l’environnement d’une surfréquentation des pistes en milieu protégé.

 

Une charte régionale

 

Si une charte du bon usage des Agriate a été réalisée et signée par l’ensemble des prestataires, un accord à l’échelle régionale devrait voir le jour.

« Les activités motorisées ont souvent mauvaise presse, estime Olivier Bianconi. Les professionnels et les amateurs sont mis dans le même panier. »

Car si « un bon 4x4 ne doit pas laisser de traces derrière lui », souligne Jean-Michel Hubert, la Corse pourrait être à l’avant-garde de cette démarche. Car à l’échelle nationale, seulement quelque départements ont adopté ce type de charte. Une dizaine d’institutions a déjà ratifié le document. Et « les professionnels sont conscient de la nécessité d’une réglementation, estime l’un des prestataires. Les signataires seront donc en complémentarité et en synergie avec les autorités ». Une journée formatrice. Et une vue sur une charte qui pourrait cadrer avec la pratique professionnelle du 4x4 en Corse.

 

JEAN-BAPTISTE SUSINI