Bianconi Scuperta le Blog!

15 octobre 2013

Olivier Bianconi et Sophie Dallest-Franchi dans le magazine "U NOSTRU"

articleu nostru octobre 2013 1-page-0

articleu nostru octobre 2013 2-page-0

 

Bianconi Scuperta

Un tourisme qui tient la route

 

Au bout d'une piste rocailleuse et chaotique qui serpente et disparaît dans le désert de L'Agriate, nous retrouvons Olivier Bianconi, jeune entrepreneur balanin de 36 ans, directeur fondateur de Bianconi Scuperta, une entreprise qui propose de visiter la  Corse autrement...

 

Texte: Jean-Baptiste Ronchi / Photos : Pascal Renucci

 

En 2005, contre l'avis des chambres de commerce, Olivier Bianconi décide de créer la première compagnie de guides privés en Corse. Il a pour projet d'organiser des excursions en véhicules tout terrain, toujours en petit comité, sur des activités de découverte au contenu fort et original. Huit ans plus tard, avec l5 salariés, l3 véhicules el 3 antennes à Calvi, Aiacciu et Bastia, il a donné corps et vie à son rêve.

 

Idéal et tourisme de masse

 

Convaincu qu'on ne peut prétendre connaître un lieu si on ne le vit pas de l'intérieur, Olivier Bianconi a choisi de plonger le visiteur au coeur de la société insulaire. «  Bien souvent la Corse apparaît comme un paradis environnemental mais aussi comme une île très compliquée à cerner, ou niveau politique notamment. Donc, plutôt que d'éluder les sujets sensibles comme font la plupart des professionnels/s du tourisme, nous avons décidé de rentrer dedans, d'expliquer... »

Bianconi Scuperta propose ainsi deux pôles de découverte : Patrimoine Nature {en 4x4, à la rencontre de la faune et de la flore de L'Agriate, du Giunsani ou de la vallée d'Ascu) et Patrimoine Histoire {en monospace. dons les villages. avec des thématiques telles que Saints et Bandits de Balagne, L'âme corse en Castagniccia, Corti aux origines de la Nation, etc… ou en ville sous la forme d'enquêtes à L'lsula Rossa sur les traces de Pascal Paoli, ou de Christophe Colomb à Calvi).

La démarche de Bianconi s'accompagne d'un discours mesuré, lucide et pertinent, notamment sur son rapport ou tourisme de masse. « La Corse a besoin de grosses infrastructures, de centres de vacances, de tour-opérateurs et d'agences de voyages, car ce sont des apporteurs d'affaires. Ils font du volume en amont. Nous, nous équilibrons la masse. Plutôt qu'un car de 50 personnes, nous préférons prendre 5 voitures de l0 personnes el répartir la clientèle sur plusieurs sites. Du coup, il n'y a plus cet effet de masse sur le territoire, en particulier dans le rural. Cela change I'approche auprès des restaurateurs ou des lieux que l'on visite. Et surtout la pression humaine sur les sites naturels sensibles est beaucoup plus faible. »

 

Un aventurier responsable

 

A compétence égale, Olivier Bianconi privilégie I'embauche de jeunes Corses, estimant « plus légitime d'employer quelqu'un avec une trajectoire familiale, un passé, un vécu qui, au-delà de l'aspect touristique, va permettre au client d'aller plus loin dons ses interrogations. Qui de mieux qu'un Corse pour parler de la Corse el de ses paradoxes ? C'est une question fondamentale sur le fond el sur la forme, surtout quand on parle d'identité toute la journée ». Un choix non pas discriminatoire, mais cohérent. Une dynamique réfléchie. Un profil de société. « Etre corse est un fait, pas une dignité. Ce n'est pas une valeur ajoutée. Nous ne sommes pas plus vertueux parce que nous sommes corses », déclare Bianconi qui veille également à ce que ses fournisseurs vivent en Corse, dépensent en Corse, construisent en Corse. C'est l'idée qu'il se fait d'une économie locale identitaire dont l'île à besoin. Mais pour connaître cette terre, il ne suffit pas d'y être accompagné par des guides corses. Il faut également des intervenants locaux susceptibles d’apporter un éclairage sans prosélytisme sur la situation insulaire. Les sorties de Scuperta sont donc toujours interactives. Elles offrent en effet au visiteur la possibilité de rencontrer et d’interroger différents artisans, scientifiques, artistes, etc.

Fin connaisseur de l’histoire de l’île, Olivier Bianconi fait incontestablement partie de ces hommes qui posent un regard sur le passé, gardent un œil ouvert sur le présent et ont une vision de l’avenir. De ceux qui tracent aujourd’hui le chemin d’une Corse en marche sur la route d’un avenir meilleur. En travaillant en Corse et pour la Corse, en mettant en valeur sa terre, son patrimoine et son environnement, Olivier Bianconi a déjà atteint son principal objectif. Aujourd’hui, un plus grand défi l’attend : pérenniser sa société. Avec l’obstination et l’énergie qui le caractérisent, gageons qu’il y parviendra. D’autant qu’il ne manque pas d’idées. Des projets ambitieux mûrissent patiemment dans sa tête. Un aventurier raisonnable…

 

 

3 questions à Sophie Dallest-Franchi, chargée d’excursions Patrimoine Nature en véhicules tout terrain.

 Pourquoi avoir choisi ce secteur d’activité ?

Je suis corse, de Montemaggiore, et j’adore faire découvrir mon île. Scuperta m’offre la possibilité d’amener les gens directement au cœur des choses, pour qu’ils aient un autre regard et comprennent mieux ce qu’ils voient. Les excursions existaient déjà, je les ai un peu personnalisées en mettant l’accent sur ce que j’aime.

 Qu’est-ce qui est important pour vous ?

La clientèle est de plus en plus curieuse. Elle recherche des endroits sauvages avec l’envie d’entendre des histoires, d’être en immersion pendant toute une journée au milieu de la nature sans avoir l’impression d’être de simples touristes passifs.

Le plus important, je pense, c’est que nous leur offrons de l’intimité avec ce pays.

 Est-ce épanouissant pour une jeune Corse de pouvoir travailler chez elle ?

Plus que ça ! Participer au développement économique de mon pays en le valorisant est bien plus qu’un épanouissement. C’est un bonheur.

 

 

Aurélia raconte…

J’ai fais une sortie Découverte Histoire avec Scuperta. C’était le Cap Corse. A 8h30, mes amis et moi, on a été chaleureusement accueillis par Benjamin, un jeune diplôme en histoire médiévale. Un passionné. Il nous a présenté le programme du jour et on est parti dans un monospace. On a fait Erbalunga, Roglian, Centuri, Pinu, Nonza. C’était passionnant ! On a beaucoup appris sur les tours génoises, le Moulin Mattei et les maisons d’Américains, bien sûr, mais aussi sur Ugo Colonna et sur la famille Da Mare. Moi qui pensais connaître le Cap…

On a l’habitude de regarder les paysages magnifiques, mais en fait on ne voit rien. Là, Benjamin nous explique, nous raconte des anecdotes, des légendes. En plus, on fait des rencontres, on parle avec les gens de villages. C’est comme si la Corse nous prenait par la main et nous emmenait chez elle. Oui, c’est ça, on a eu l’impression qu’elle nous ouvrait sa maison et nous invitait à boire un café, pour nous dire un peu qui elle est, et comment elle vit vraiment. En fait, j’ai découvert le Cap Corse.

 


01 juin 2013

NATURA CORSA dans "Détour en France" (juin 2013) en balade dans le Guissani

DÉTOURS

détour giussani 1-page-0

 

Du col de San Colombo à celui de Battaglia, la piste se déroule comme une ligne de partage entre le Giussani et la Balagne. Quelques haltes s'imposent pour jouir d'un spectacle panoramique : vers I’est, un paysage de terres arides (1) et, à l'ouest, les villages perchés, la plaine du Reqino et la côte de l’Ile-Rousse au désert des Agriates (2). Sans oublier, avant de plonger vers la fraîcheur des forêts qui tapissent le fond de la vallée de respirer tous les parfums de la Corse exhalés par les essences qui composent la lande environnante.

LE GIUSSANI SUR LA PISTE DES CRÊTES

 LA BEAUTÉ SAUVAGE D'UNE VALLÉE SECRETE

Par-delà les oliveraies de Balagne, le Giussani nous plonge parmi chênes verts seule les châtaigniers, les pins, les érables et les une poignée de villages peuple cette haute vallée aussi verdoyante qu’isolée. Une virée en 4x4 permet d'en admirer les charmes sous toutes ses coutures.

 

Découvrir le Giussani implique de s'arracher aux délices de la Balagne : son huile d'olive, ses villages perchés, son climat doux... Mais on ne perd pas au change ! Le 4x4 qui attaque la piste au col de San-Colombano, à 700 mètres d'altitude, permet de jouir de points de vue exceptionnels sur l’arrière-pays de l'Ile-Rousse, le désert des Agriates et même, tout au fond, le cap Corse. Vers l’intérieur se dressent les aiguilles de Popolasca et le monte Padro. La route de crête joue au funambule entre la Balagne d'un côté et Ie Giussani de I'autre. Les murets de pierre qui balafrent les pentes, les terrasses, les pagliaghji (paillers), ces petits abris de bergers en pierre sèche, et les anciennes aires de battage évoquent le temps où la région vivait de l'agriculture et du pastoralisme. Aujourd’hui, l'asphodèle, le ciste de Montpellier et le genêt épineux recouvrent ces étendues rendues à la nature. Au printemps, la lande fleurit et se colore de mille nuances. Passé le col de Battaglia, le paysage change du tout au tout. La température aussi : prévoyez toujours une petite laine. Adieu Balagne, bonjour Giussani ! Chênes verts, chênes blancs et châtaigniers émergent en épais bouquets sur les versants du piémont. La forêt de Tartagine, qui monte à l'assaut du monte Padro, invite à la balade.

 

SHAKERSPEARE SOUS LES CHÂTAIGNIERS

Mais notre engin préfère dégringoler les pentes abruptes vers les petits villages de la vallée. Olmi-Cappella, microcapitale de cette microrégion, contemple le moutonnement des forêts. L’imposante façade ocre de la maison Battaglini fut bâtie en 1902 par un villageois qui fit fortune en Égypte, où il mourut. L'ensemble abritait te premier collège de Balagne, mais aussi la mairie, le bureau des postes et le tribunal d’instance. Non loin, à Pioggiola, les lignes contemporaines de la Stazzona (la Forge) attire l’œil. Percée de fentes, ce grand cube en pin laricio accueille l’Aria, l’association du comédien Robin Renucci, l’autre enfant du pays.

Depuis 1998, des Rencontres internationales s’y déroulent chaque été (cette année, du 3 au 10 août). On vient s’y former, s’y perfectionner, monter des pièces et parfois les jouer. Au fil des ans, les Giussani est devenu le foyer d’une activité culturelle intense. Théâtre, danse, lecture, cirque…Est-ce un hasard si l’école et la crèche du village sont encore là ? Ne quittez pas le Giussani sans rendre visite à son plus vieil habitant : un chêne vert de plus de mille ans. Son vénérable tronc de huit mètres de circonférence en fait le représentant le plus grand de son espèce.

page-0

 

 

A Pioggiola, le bâtiment de A Stazzona (la Forge). Cet espace culturel entouré de montagnes accueille l’Aria (Association des rencontres internationales artistiques) ; créée par Robin Renucci qui a grandi dans ce village. Chaque été, l’acteur organise dans sa « vallée de l’utopie » un festival international de théâtre. Un énième festival saisonnier ? Non, car l’Aria organise des stages toute l’année et intervint en milieu scolaire pour des actions d’éducation artistique.

 

 

3 – Randonnée dans la fôret de Tartagine. Les chemins forestiers étant interdits aux véhicules motorisés, laissez le 4x4 près de l’ancienne maison forestière de Tartagine-Melaja et continuez à pied, à l’ombre des pins laricio et des chênes verts, le long de la rivière Tartagine cernée par les crêtes du Capo al Dente (2032 mètres), du monte Corona (2143 mètres) et du monte Padro (2393 mètres).

17 janvier 2013

Les requins seront au Spaziu le 10 février... avec Benjamin Casinelli

 

affiche requin définitif

 

 

Le dimanche 10 février au Spaziu de l'Isula Rossa à 15h30 Benjamin Casinelli donnera la conférence "Dans le sillage des requins de Corse" . Sous forme d'enquête policière prenant comme point de départ la seule attaque mortelle de squale recensée en Méditerranée au XXème siècle, Benjamin nous emmène à la rencontre de ces terrifiants prédateurs entre mythe et réalité...

Posté par bianconiscuperta à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 décembre 2012

NATURA CORSA, la petite réclame par Olivier Gomez...

 

De part notre engagement pour le respect des sites que nous arpentons (charte de bon usage de l'Agriate, participation à la création d'une future charte des loisirs motorisés) et notre envie d'offrir par le biais de nos formations BF1 et BF2 la meilleure qualité possible en matière de confort et de sécurité pour la partie 4x4 de nos activités NATURA CORSA, notre photographe et infographiste Olivier Gomez (dont le contact est ici) a décidé de nous faire une petite pub à la fois locale et personnalisée...

 

NATURA CORSA LABEL DE QUALITE

Posté par bianconiscuperta à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 décembre 2012

NATURA CORSA: stage de préparation en vue du BF2

ff4x4x

 

 

4x4 cap corse4x4 cap corse2

 

 

C'est ce week-end que ce sont tenues deux journées de formation 4x4 BF2 (guide accompagnateur) dans le Cap Corse avec Jean Michel Hubert de Corse Loisir 4x4 organisateur et formateur, Michel Burgio moniteur BPJEPS de la Fédération Française de 4x4 et l'aide précieuse de Guy Battesti Corsica Jeeper's qui nous a accueilli dans sa belle microrégion.

 

4x4 cap corse 3

 

Après avoir passé avecsuccès le diplôme de BF1 (formation de chauffeur 4x4), l'équipe BIANCONI SCUPERTA/NATURA CORSA a choisi d'appronfondir ses connaissances dans ce milieu et d'anticiper ainsi d'éventuelles législations futures qui encadreraient les loisirs motorisés de type 4x4 qui se rapprochent donc de ce que la démarche NATURA/CORSA propose. Bien que le souci de NATURA CORSA soit avant tout la découverte écologique, l'accès aux lieux et la vulgarisation scientifique et non la mécanique "sportive", nous faisons de notre devoir d'être au mieux dans la conduite de ces véhicules pour plus de sécurité et de confort pour nos clients.


Conduite de véhicule sur terrains très accidentés et/ou glissants, minimisation des risques, sécurisation en cas d'urgence et cartographie furent au programme d'un week-end qui allia formation et une sacrée bonne humeur!

le site de la Fédération Française de 4x4

 

stage bf2n

 

21 septembre 2012

Olivier Bianconi au Salon du Tourisme IFTM TOP RESA

 

logo

 

 

salon du tourisme

 

Mandaté par l'Agence du Tourisme de la Corse, Olivier Bianconi eu l'honneur et le plaisir d'être le représentant de la Corse "destination culturelle" au salon des professionnels du tourisme IFTM TOP RESA à Paris.

C'est donc sur l'initiative de Jean-Louis Moretti qu'Olivier Bianconi est devenu l'ambassadeur insulaire et a présenté l'activité BIANCONI SCUPERTA/NATURA CORSA au milieu d'intervenants du monde entier, le salon ayant regroupé environ 30 000 personnes...

 

Voici le résumé en image de ce salon:

 IFTM_TOPRESA Resumé 2012

Posté par bianconiscuperta à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 septembre 2012

Cercle de conférences de Benjamin Casinelli à la foire de l’Île-Rousse

 

foire le rousse 2012

 

 Pour la 184ème foire de l'Île-Rousse, BIANCONI SCUPERTA/NATURA CORSA a décidé d'offrir non pas une mais deux conférences. Et pour souligner les deux facettes de la structure, patrimoniale et nature, Benjamin Casinelli a décidé de faire le dimanche la conférence sur les requins de Méditérannée et le lundi la fameuse conférence théâtrale sur les corsaires et pirates de Corse.

Le public, jeune et moins jeune, était bien présent malgré la pluie, et de nombreux échanges ont été fait durant ces deux conférences.

 

foire ile rousse 2012 progr

 

 

 

 

Posté par bianconiscuperta à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 août 2012

BIANCONI SCUPERTA/NATURA CORSA présente: Le point d'Information de Sant' Antuninu!!!!

 

point vente sant antoninu

 

Nous ouvrons ce jour la première "Porte du Patrimoine de Balagne" à Sant'Antuninu. Premier "office de tourisme" privé de Corse spécialisé dans la découverte de l'histoire et du patrimoine. Vous y trouverez beaucoup d'informations, des cartes, des documents, des ouvrages, des billets de concerts, toutes nos excursions et visites guidées ainsi que d'autres activités ayant du sens et une aire de repos!

Il s'agit d'un portail d'accueil spécialisé sur l'histoire, l'initiative est encouragé par les Offices de Tourisme de Calvi et de L'Île Rousse. L'idée est aussi une volonté de dynamisation et de valorisation des activités historiques dans l'arrière pays. Bien souvent, les visiteurs arrivent dans les villages et ne savent ni où ils sont, ni que voir. Le choix de Sant'Antuninu, village à la fois très visité et pourtant souvent mal connu est évident, tant le patrimoine et l'épopée épique de cette ancienne capitale médiévale de la Balagne se prête à notre démarche.

 

Nous esperons renouveller l'aventure avec d'autre villages et d'autre sites...

panneau de sant antoninu

 

 

 

 

avec:

logo omt balagne    images  biaconi natura